Une heure de cours

Une heure vingt-cinq pour être précise.

Quatrième groupe de la journée. Les élèves sont dans le couloir. J’attends que ceux du groupe précédent soient dehors pour aller accueillir les suivants. Lire la suite

Publicités

Honte

Dans mon académie aucun TZR n’a été affecté avant la fin août. Comme si nous n’avions pas besoin de temps pour préparer les cours dans les meilleures conditions.

Dans mon académie, seul 1/4 des demandes faites au titre de la RQTH (reconnaissance de travailleur handicapé) ont été satisfaites.

Dans mon académie, au moins 50 TZR ont vu leur affectation de fin août changée 4 jours avant la rentrée.

Dans mon académie les chefs d’établissement voient les noms de personnel changer sans explication.

Dans mon académie on envoie les collègues épuisés et fragiles dans les établissements sensibles.

Dans mon académie, les professeurs sont envoyés très loin de l’établissement dans lequel ils sont présents depuis plusieurs années, alors que leur ancien poste reste non pourvu.

Et le respect du personnel dans tout ça?

Et le respect des élèves dans tout ça?

J’ai honte de la gestion dans mon académie. Et malheureusement ce n’est pas la seule dans ce cas.

 

Augmenter le budget de l’EN? Et si on commençait par revoir sa gestion?

A l’heure des négociations sur la refondation du métier, nous souhaitons (presque) tous pouvoir aboutir à une revalorisation de nos salaires, bien en deçà de ceux de nos voisins européens. La marge de manœuvre est très faible : il n’y a plus d’argent parait-il. Et si la solution était en fait ailleurs? Lire la suite

La fabrique à broyer des vocations

Mon statut de remplaçante « volante » a cet avantage qu’il me permet de rencontrer beaucoup de collègues très différents en peu de temps.

Dernièrement j’ai croisé plusieurs TZR comme moi. Enfin, depuis plus longtemps que moi. Ce sont tout de même de jeunes profs. Et cela me frappe de retrouver à chaque fois la même lassitude, la même désillusion, alors qu’ils ne devraient pas être encore usés par la profession. Je suppose qu’on les retrouve aussi chez certains jeunes collègues en poste fixe, mais pour être honnête je n’ai pas croisée de jeunes collègues en poste fixe. Lire la suite

Il faut se battre

En juillet, suite à l’annonce de ma mutation complètement ahurissante, j’avais demandé une révision d’affectation. Je voulais faire prendre en compte ma santé, notamment les problèmes liés aux deux opérations de ma main qui reste douloureuse et nécessite encore de la rééducation. Mais du fait des congés estivaux, je n’avais pas pu joindre les médecins du rectorat et constituer un dossier médical. Ma demande de révision fut catégoriquement rejetée sans être étudiée : il avait été décidé en juin que toutes les demandes seraient rejetées dans mon département déficitaire en professeurs.

Je pensais que ce nouveau poste était à 1h30-2h de chez moi (d’après Google Maps), mais en fait il y a des bouchons monstrueux depuis 2-3 ans, et j’appris qu’il me faudrait au moins 2h30 pour rejoindre mes nouveaux établissements… Et pour ne pas échapper à la loi de Murphy, on m’avait collé un emploi du temps peu réaliste pour quelqu’un habitant loin.

Mon médecin constatant l’inadéquation entre mon poste et mon état, contacta le service médical du rectorat, enfin joignable. Le discours que mon médecin me rapporta me semble assez hallucinant, en voici quelques bribes Lire la suite