Il faut se battre

En juillet, suite à l’annonce de ma mutation complètement ahurissante, j’avais demandé une révision d’affectation. Je voulais faire prendre en compte ma santé, notamment les problèmes liés aux deux opérations de ma main qui reste douloureuse et nécessite encore de la rééducation. Mais du fait des congés estivaux, je n’avais pas pu joindre les médecins du rectorat et constituer un dossier médical. Ma demande de révision fut catégoriquement rejetée sans être étudiée : il avait été décidé en juin que toutes les demandes seraient rejetées dans mon département déficitaire en professeurs.

Je pensais que ce nouveau poste était à 1h30-2h de chez moi (d’après Google Maps), mais en fait il y a des bouchons monstrueux depuis 2-3 ans, et j’appris qu’il me faudrait au moins 2h30 pour rejoindre mes nouveaux établissements… Et pour ne pas échapper à la loi de Murphy, on m’avait collé un emploi du temps peu réaliste pour quelqu’un habitant loin.

Mon médecin constatant l’inadéquation entre mon poste et mon état, contacta le service médical du rectorat, enfin joignable. Le discours que mon médecin me rapporta me semble assez hallucinant, en voici quelques bribes Lire la suite

Publicités