A ma petite dyslexique

Ma grande j’ai été contente de faire ta connaissance cette année. Je connaissais déjà un peu la dyslexie, mais je ne savais pas encore tout ce que les gens comme toi traversent.

J’ai eu bien peur quand je t’ai vu t’épuiser. Avec l’infirmière nous avons cru que tu allais finir en ULIS ou à l’hôpital pendant un moment. Puis j’ai été tellement heureuse quand tu es revenue reposée, rassurée et joyeuse. Une vraie renaissance.

Cette année, pour toi, je me suis fâchée avec pas mal de collègues qui ne comprennent pas ton problème. Parce que ce n’est pas marqué sur ton front. Et puis la dyslexie ça ne se voit pas, ce n’est pas un vrai handicap pour eux. Mais je suis heureuse de l’avoir fait car cela t’a permis de continuer à avancer, et cela t’a aidé à prendre un peu confiance en toi.

Finalement ensemble on y est arrivé. Tu vois il fallait croire en toi.

Je t’ai porté à bout de bras jusqu’au tout dernier jour de l’année pour t’aider, et je voulais être là encore l’an prochain. Mais ce ne sera pas possible.

Ce n’est pas de ma volonté, bien au contraire.

Mais je continuerai à veiller sur toi de loin. D’ailleurs n’oublie pas de demander une AVS en début d’année. J’enverrai un message à l’infirmière pour lui faire penser aussi.

Je m’en veux de ne plus pouvoir être là pour t’aider. Je tenterai de loin. Mais je ne pourrai plus te croiser dans les couloirs et t’encourager…

C’est peut-être bien pour toi, il faut que tu deviennes autonome. Tu es grande maintenant, tu dois t’affirmer et ne pas te laisser faire. Je ne serai plus là pour voler dans les plumes de ceux qui disent que tu ne fais aucun effort, alors que tu t’épuises à la tâche. Je ne serai plus là pour les faire taire alors ce sera à toi de leur montrer, de leur expliquer ta différence. Tu ne dois pas en avoir honte. Jamais. Tu es quelqu’un de bien et tu vas y arriver. Tu le mérites.

Même si tu ne finis pas le lycée je m’en fiche, j’aimerai juste que tu réussisses ta vie, que tu gardes le sourire, que tu t’épanouisses.

Tu m’as fait réfléchir cette année. Tu m’as fait me battre alors que je pensais ne plus en avoir la force. Tu m’as fait grandir en prenant conscience de certaines choses.

Ma grande je crois en toi. J’ai fait tout ce que j’ai pu pour toi, pour te sortir d’un cercle vicieux. Alors maintenant vole, et vit.

Publicités

Une réflexion au sujet de « A ma petite dyslexique »

  1. Très bel article ! Nombre d’élèves actuels sont dyslexiques, certains prennent le prétexte de leur handicap pour ne rien faire mais beaucoup veulent bosser et s’en donnent les moyens ! C’est aussi pour eux qu’on enseigne aujourd’hui !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s